UNE CHAPE DE SILENCE SUR LES JEUNES

On ne naît pas homosexuel comme on naît noir ou blond.

Personne ne dit aux jeunes : « Vous pourriez l’être. » Surtout pas ! Rien au long de l’enfance, ni dans l’éducation, ne fait entendre que ce serait possible. Au contraire tout suggère qu’il ne faut pas l’être, que ce n’est pas bien, que ça ne ferait plaisir à personne, etc.

Alors on accède, par cheminement progressif, à son homosexualité : c’est une autodécouverte. Ce sera à soi et à soi seul, seule, d’arriver à cette conclusion. Si ce n’est le hasard d’une insulte qui frappe, ou une accusation suite à un comportement jugé ambigu… Et souvent l’insulte précède la prise de conscience.

Nul ne dit enfin comment ça se vit. Les jeunes hétérosexuels ont le flirt, la drague, les œillades, les jeux entre garçons et filles, la verbalisation, plein de petites choses qui composent un apprentissage, ainsi que tout ce qu’on voit à foison, des contes aux films en passant par les chansons, sur l’amour hétérosexuel. Les jeunes homosexuels en sont encore largement privés.

Ils ne sauront pas non plus ce que ça veut dire exactement que de l’être. Quel rapport amoureux, quel comportement physique, comment porter son corps, s’habiller, parler, signifier aux autres, séduire, être séduit et le montrer. Et enfin : comment pouvoir le dire aux autres malgré l’hostilité environnante !

Ils n’auront pas acquis ce vocabulaire social, ce langage, ces mille et un signes et façons d’être qui permettent aux autres de se comporter et de communiquer pour être compris, se dire, échanger.

Pour se penser soi-même, sa situation et ses rapports aux autres, le jeune gay ou la jeune lesbienne se trouve devant un vide identitaire. L'éducation à la sexualité pourrait les informer et leur transmettre un certain nombre de valeurs et de recommandations par l'expression et la discussion autour des sentiments amoureux, des pratiques sexuelles et du respect mutuel. Mais la sexualité est encore souvent abordée par les institutions sous un angle strictement reproductif et normatif. Ainsi, l'homosexualité et la bisexualité sont peu évoquées dans l'éducation sexuelle officielle alors même que la perception du fait homosexuel a évolué vers sa reconnaissance comme une forme de sexualité légitime, de plus en plus protégée par la loi.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×