Théâtre : Être ou ne pas être «out»

 

rupert-everett-hysteria
Est-on cantonné à des rôles d'homos quand on a fait son coming-out public?
Rupert Everett, ici en folle victorienne dans le médiocre «Hysteria» (2011). Photo Sony Pictures Classics.
 
La scène a beau passer pour un milieu gay-friendly, la plupart des comédiens y réfléchissent à deux fois avant de révéler leur homosexualité, révèle une enquête britannique. En cause, la crainte d'être catalogué.
Selon une étude menée par le syndicat des comédiens britanniques Equity, seulement un peu plus de la moitié des acteurs gay interrogés (57%) estiment qu'ils peuvent révéler leur orientation sexuelle à leur agent. La plupart avoue craindre de se voir offrir des rôles stéréotypés s'ils sortent du placard et d'être tenus à l'écart des rôles romantiques. «C'est OK pour un acteur hétéro de jouer des rôles gay, mais l'inverse est plus difficile, sinon impossible», note l'un d'eux. L'auteur de l'enquête note que les actrices homosexuelles font face aux mêmes problèmes, mais perçoivent moins de soutien dans leur milieu professionnel que leurs collègues gay.
Plus de 4 acteurs gay sur 5 se disent «out» dans leur métier, et 94% révèlent leur homosexualité à leurs partenaires sur scène – en fonction, toutefois, de l'ambiance au sein de l'équipe. Car un peu plus d'un tiers d'entre eux affirment avoir été victime d'homophobie dans leur profession, le plus souvent de la part de leur impresario ou dans les coulisses.
«Convaincant»
L'étude ne se penche pas sur la médiatisation de la vie privée des figures les plus connues. L'an dernier dans un article controversé pour «Newsweek», le critique américain Ramin Setoodeh avait constaté l'impossibilité pour les acteurs ouvertement gay d'être «convaincants» dans des rôles d'hétéros. Plusieurs personnalités se sont exprimées sur le sujet. Rupert Everett a confié, dans une interview à «The Observer» en 2009, regretter son coming out, en 1989. «Pour un acteur, travailler est toujours une sorte de miracle, car la plupart des acteurs sont sans emploi. Dans ces conditions, c'est stupide de se dire 'Oh, je m'en fiche que l'on sache si je suis gay' – surtout si vous êtes en haut de l'affiche.» D'autres acteurs, comme l'Américain Kevin Spacey, imposent un blackout complet sur ce sujet. Selon lui, l'acharnement des médias à mettre au jour la sexualité des célébrités ne fait qu'alimenter l'homophobie.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site